Ulyssia
enquête magnétique

 

"Ulyssia" est un projet en cours ; en voici quelques fragments, des morceaux de vers, des tessons d'univers...

Au moment où ma mère perd le langage, je découvre un carton rempli de bandes magnétiques dont l’une contient la voix de ma grand-mère qui chante Schubert. Je trouve un vieux Revox, mais pas de trace de Oma. D’autres événements me poussent alors vers l’écriture, cela prendra différentes formes, en différents endroits (Douarnenez, Paris, Berlin) : récit, poésie, chanson… Je tisse, dé-tisse et retisse ma tapisserie, quand des années plus tard, surgissent du fond d’un tiroir deux ultimes bandes magnétiques. Sur l’une, la voix d’alto de Oma a subi les ravages du temps. L’autre est une lettre d’amour, enregistrée par une femme inconnue et blessée, qui nous parle à voix nue depuis le 28 décembre 1966.

« Ulysse est revenu plein d’espace et de temps » - Ossip Mandelstam (in Simple promesse)

PODCAST ulyssia maquette
2CVjj_edited.jpg

Elle me tend un vieux dossier. Elle dit : "Mon père...."Sur les deux premières pages je lis un poème. Il parle d'une famille séparée, Est / Ouest, et du vent qui passe les frontières pour porter la tendresse des uns aux autres : Es ist der Wind.

Jean-Jeanne c’est personne,
et personne,
c’est Ulysse.

En 2021 je découvre deux autres bandes, un enregistrement étrange, une voix de femme qui monologue sur l'amour et la séparation. Une grâce bouleversante se dégage de cette voix qui nous parle depuis le 28 décembre 1966.

Je… sur l’ambiguïté… et l’indicible… ce qui est vraiment essentiel… laisse moi essayer…de dire… ce qui m’inspire… et même en prenant le risque… que mes mots… soient incompréhensibles… pour toi… efface cet enregistrement… parce que peut-être… va savoir quand… on pourrait y trouver… quelque chose… qui prendrait de l’importance.

La création de JeanJeanne "Ulyssia" 2016 a été soutenue par le Pôle Sud (Chartres de Bretagne) et la Région Bretagne.

Le groupe était constitué de

Nikolaz Cadoret / Alice Soria Cadoret : harpes électriques

Yvon Molard : batterie / Cristine Merienne : chant harpe.

La création vidéo est signée Julio Rölle (44 Flavours)